16Nov

Politique de la ville

A l’issue de deux déplacements successifs consacrés à la politique de la ville, le Président de la République a appelé à Tourcoing à une mobilisation nationale pour les villes et les quartiers, de l’Etat, des collectivités territoriales, des entreprises, des acteurs associatifs et des habitants.

Il faut poursuivre les actions structurantes de rénovation urbaine et de mobilité, de développement économique. Les financements seront là. Mais il faut surtout agir dès maintenant pour améliorer concrètement la vie quotidienne des habitants des quartiers, avec deux objectifs directeurs :

1) Rétablir l’effectivité des droits, notamment l’accès aux services publics, à la santé, au logement ;

2) Favoriser l’émancipation des habitants, leur mobilité et leur insertion par l’éducation et l’emploi, à la fois par la politique économique globale menée par le gouvernement, mais aussi par la mise en place d’actions spécifiques comme les emplois francs ou le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les zones prioritaires.

La méthode sera celle de la co-construction, car l’État ne sait pas tout. Un plan d’action structuré sera élaboré d’ici le printemps avec l’ensemble des acteurs concernés. Il comprendra une action renforcée dans une dizaine de quartiers particulièrement prioritaires. Un conseil présidentiel de la ville réunissant des figures reconnues pour leur engagement auprès des habitants sera créé. Jean-Louis Borloo aidera par ailleurs les ministres dans cette réflexion.

Il n’y a pas d’un côté une politique économique ambitieuse pour les gens qui réussissent, et de l’autre une politique sociale qui serait pour les habitants des quartiers. Il y a une politique d’ensemble, la cohérence d’une ambition pour le pays.

Le Président de la République a ainsi annoncé plusieurs mesures :

. Le doublement du financement de l’ANRU, porté à 10 Mds €.

. Le maintien de 200 000 contrats aidés qui seront fléchés sur les territoires et les acteurs les plus fragiles, dont les quartiers politique de la ville.

. La sanctuarisation des crédits politique de la ville à 430 M € et maintien des dotations pour les 150 collectivités urbaines les plus fragiles. Personne ne perdra, dans les communes concernées par la politique de la ville, le moindre crédit sur 2018.

. L’expérimentation de la police de sécurité du quotidien dans les quartiers en 2018.

. La mise en place d’ici l’année prochaine d’une quinzaine de plans de lutte contre la radicalisation.

. Une stratégie de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes. La stratégie préparée par Agnès Buzyn a pour objet de lutter contre cette pauvreté, notamment dans les quartiers. Une première mesure va d’ores et déjà être mise en œuvre : la majoration de 30 % du complément mode de garde pour les familles monoparentales.

. La lutte contre les discriminations à l’embauche: ce sera l’une des priorités de l’Inspection du travail. Les campagnes de testing seront multipliées et les noms des entreprises qui ne respectent pas les obligations légales en la matière seront rendus publics.

. Un politique d’égalité des chances scolaires, avec le dédoublement des classes de CEP en REP+ dès cette année, le rétablissement des classes bilangues qui créent de la mixité dans les quartiers, la lutte contre le décrochage scolaire avec la mise en place du dispositif « devoirs faits » au collège et la création d’internats d’excellence, la réforme de l’orientation.

. La création des emplois francs à destination des demandeurs d’emploi des quartiers pour faciliter l’accès à l’emploi.

. Un soutien aux dispositifs associatifs de parrainage, comme « Nos quartiers ont du talent » qui va engager le parrainage de 100 000 jeunes sur le quinquennat avec l’appui de l’État.

 Plus d’information sur la politique de la ville ici : plaquette_Politique-de-la-ville_MCT-20171114