Elle s’appelait Sarah

Adaptation cinématographique du roman de Tatiana de Rosnay, ce film porte à l’écran une période sombre de l’histoire française : la rafle et la déportation des juifs de France sous le régime de Vichy. Les spectateurs (re)découvrent cet épisode tragique au travers de l’enquête que mène Julia, une journaliste américaine installée en France, dans le cadre d’un article qui lui est commandé sur la rafle du Vél’ d’Hiv. Elle s’intéresse particulièrement à l’histoire de Sarah, petite fille juive victime de cette rafle avec sa famille en juillet 1942. Par le biais de l’enquête de Julia et de flashbacks, on découvre le devenir de Sarah suite à cet évènement : les jours passés au Vélodrome, la séparation avec ses parents, sa détention au camp d’internement de Beaune-la-Rolande, sa fuite et sa rencontre avec un couple qui la cachera pendant la guerre.