Pierre de patience

Dans une ville en proie à la guerre civile (probablement Kaboul, mais cela n’est pas indiqué clairement dans le film), une femme veille avec dévouement sur son mari, un héros de guerre inconscient suite à une blessure à la nuque. Isolée avec ses deux enfants dans un environnement hostile, elle se réfugie chez sa tante mais revient tous les jours au chevet de son époux, pour prendre soin de lui. Au fur et à mesure que les jours passent sans que son époux se réveille, la jeune femme se décourage. Un jour, un jeune combattant abuse d’elle ; cet évènement, loin de la conforter dans sa position de soumission, la fait sortir de sa réserve et libère une parole depuis toujours réprimée. D’abord hésitante, la jeune femme s’affirme au travers de ses confidences, de plus en plus intimes à son mari toujours endormi : des reproches adressés à cet époux tyrannique et absent, le souvenir des humiliations ainsi que l’expression de frustrations et de souffrances, de désirs également.